Outils pratiques

Incendie de la cathédrale de Nantes

18 juillet 2020

 Un incendie, dont les causes restent aujourd'hui inconnues, a frappé samedi 18 juillet la cathédrale de Nantes. Si le bâtiment, dans sa structure, n'a heureusement pas connu de dommages comparables à ceux provoqués par l'incendie de janvier 1972, des pertes irréparables sont à déplorer pour son mobilier et son décor : le grand orgue de tribune, un tableau d’Hippolyte Flandrin, la verrière de la grande fenêtre occidentale.

Le grand fesntrage occidental, quelques heures après lincendie (cl.Solen Peron, 18 juillet 2020)

Le grand fenestrage occidental, quelques heures après l'incendie
(cliché Solen Peron, 18 juillet)

  Ce drame rappelle une nouvelle fois l’extrême fragilité du patrimoine monumental et artistique. Les vestiges des productions que nous conservons des époques passées ne parviennent souvent jusqu’à nous qu'au prix de petits miracles successifs. La verrière occidentale de la cathédrale recueillait la vingtaine de panneaux rescapés d’une composition de grande ampleur du début du XVIe siècle, épargnés par le vandalisme révolutionnaire puis par l’explosion de la poudrière du château en 1800. L’orgue de tribune, établi en 1619 par Jacques Girardet, avait échappé à une sérieuse menace de destruction pendant la période révolutionnaire, aux bombardements de 1943 et 1944 et enfin à l’incendie de 1972. Le Saint Clair de Flandrin (1836) était la pièce maîtresse du décor de la chapelle dédiée à ce premier évêque de Nantes, qui devait servir de modèle au programme iconographique de l’ensemble des chapelles latérales de la cathédrale. Cet ambitieux programme n’a reçu qu’un commencement d’exécution et le décor de la chapelle Saint-Clair, la seule entièrement achevée, a été démantelé dès la fin du XIXe siècle pour dégager le monument funéraire de l'évêque Guillaume Guéguen, dispersant la boiserie néo-gothique, le confessionnal et la série de tableaux.

  Ces trois œuvres, malmenées mais jusque là épargnées (un instrument historique étoffé par quatre siècles d'interventions et d'enrichissements ; les derniers vitraux conservés de la cathédrale d’avant la Révolution ; un tableau dont la valeur artistique se doublait d’une épaisseur historique) n’ont pas échappé à ce dernier coup du sort. Les lignes que le regretté Félix Moreau (organiste de la cathédrale pendant six décennies et parti une année avant son cher instrument) consacrait au grand orgue nous viennent en mémoire, tant elles rappellent l’illusion dans laquelle nous vivons, quand nous croyons que les œuvres d’art et les monuments sont moins mortels que nous : « Les hommes passent ; le vieil instrument de Girardet, Lépine et Clicquot demeure, planant au-dessus de toutes les contingences humaines auxquelles il est cependant toujours mêlé 1. »

 Stéphane Haugommard

 24 juillet 2020

  1. MOREAU, Félix, « Le grand orgue », dans JAMES, Jean-Paul (dir.), La cathédrale de Nantes, Strasbourg, La Nuée bleue, 2013 (La Grâce d’une cathédrale), p. 268.


 Notre Dossier 



 L'incendie de la cathédrale  de Nantes, par Alain Delaval

 

Incendie : dépose du pinacle du portail latéral de gauche 

(cliché Alain Delaval, 18 juillet 2020)

 L’incendie du 18 juillet 2020 s’est déclaré tôt le matin ; le feu a pris à l’intérieur de la cathédrale, en trois lieux différents : sur la tribune du grand orgue, sur le plateau de l’orgue de chœur, et auprès du tombeau de François II et de Marguerite de Foix. Malgré l’intervention rapide des sapeurs-pompiers, l’incendie a embrasé le grand orgue, qui était entièrement en feu à 9 heures. Le brasier s’est étendu sur toute la hauteur du revers de la façade occidentale de la cathédrale ; la chaleur a fait fondre les armatures des vitraux et provoqué l’éclatement de l’ensemble de la verrière. Le deuxième feu a détruit la console de clavier de l’orgue du chœur dont le buffet n’a pas été touché, mais la cathèdre épiscopale et les stalles du chœur qui étaient voisines de cet orgue ont été détruites sur deux travées. [...]

 

 

 Le bilan des œuvres détruites, par Laurent Delpire

 

Lorgue de tribune 

(cliché Laurent Delpire)

 Le sinistre qui a touché la cathédrale de Nantes le 18 juillet 2020 a eu pour conséquence la destruction des œuvres suivantes :

- Fragments de vitraux du XVIe siècle dans la grande verrière : protégés au titre des monuments historiques en 1949, ces fragments du grand vitrail de la façade ouest avaient échappés à la Révolution, à l'explosion de la poudrière du château en 1800, aux bombardements de 1943-1944 et à l'incendie de 1972.[...]

 

Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique • BP 51607 - 11 rue du Château de l'Eraudière • 44300 Nantes • France • Tél. : 02 40 73 25 79 • Contact

Creasit, création site internet Nantes 44