Outils pratiques

Documents : De mémoire d'homme

Tempête et raz de marée (2010)
De mémoire d'homme
Tempête et raz de marée (mars 2010)
Qui se souvient du samedi 16 novembre 1940 en baie de Bourgneuf, il n'y a guère que 70 ans ? Vent violent de suroît, baromètre à 718 m/m, marée de 85 "seulement" : la Cosnière submergée, la digue de l'Epoids rompue, inondation des polders et dégradation des terres cultivables, coupure de l'électricité et du téléphone, destruction de maisons aux Moutiers, échouages de bateaux sur les quais de Pornic où 1 mètre d'eau envahit la basse ville...
Le phénomène naturel connu en ancien français sous le nom de "vimer", tempêtes de force exceptionnelle causant des désastres énormes, est attesté depuis la période médiévale, c’est-à-dire depuis les premières traces écrites conservées. Sur nos côtes, le premier serait celui du 5 juin 577, mais c’est surtout depuis le XVIe siècle que les ravages de la mer sur les côtes sont attestés dans les archives. La chronologie de ces tempêtes dévastatrices est régulière, depuis l’Ancien Régime jusqu’à la période contemporaine. Et toujours, les infrastructures sont atteintes, les terres situées au-dessous de la mer submergées. La mémoire humaine est décidément bien défaillante, et si des catastrophes comme celle que l’on vient de connaître le 28 février nous émeuvent et interpellent les consciences, l’historien n’a pas attendu pour informer sur les événements du passé et rappeler que l’histoire est là pour guider le présent et préparer l’avenir.

       

Pour en savoir plus sur les vimers en baie de Bourgneuf : Lacroix Louis, La baye de Bretagne, Luçon, 1942, p.89-95.

DSC07238 [1600x1200]  DSC07240 [1600x1200]

DSC07219 [1600x1200] 

Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique • 18 rue Voltaire • 44000 Nantes • France • Tél. : 02 40 73 25 79 • Contact

Creasit, création site internet Nantes 44